Aujourd’hui le diabète est un fléau, on connait tous quelqu’un qui a un diabète de type 2. Ce qu’on sait moins, ce sont les complications qui peuvent apparaître avec le diabète. Que les organes peuvent fatiguer plus vite et vieillir prématurément notamment les reins, le cœur et les nerfs ? Cette maladie peut aussi provoquer des lésions rétiniennes. Vous l’aurez compris c’est une maladie qu’on doit éviter et on peut largement mettre toutes les chances de notre côté en prenant des dispositions au plus tôt.

Quels sont nos risques de développer un diabète de type 2 ?

C’est une maladie que je connais bien car dans la famille il y a des cas de diabète de type 2. J’ai aussi eu un diabète gestationnel ce qui fait de moi une personne à risque de développer un diabète en vieillissant. Pour tout dire je vérifie régulièrement ma glycémie car je suis équipée d’un lecteur de glycémie depuis. Ça me permet d’identifier ce qui peut la faire varier.

Il y a une hausse effrayante des cas de diabète, une maladie de civilisation. Il est important que chacun de nous puisse faire un point sur ses risques de développer cette maladie et de mettre en place ce qu’il faut pour éviter les risques au maximum.

Comment savoir si je suis une personne à risque ?

Si vous ne savez pas où vous en êtes en terme de risques liés au diabète, je vous conseille de faire un rapide test sur le site de la Fédération Française des Diabétiques.

On ne se rend pas forcément compte qu’un diabète se développe. Au début le taux d’insuline monte, monte. Une résistante à l’insuline s’installe progressivement sans même y prêter attention et un jour notre glycémie grimpe en flèche et là on apprend qu’on est atteint d’un diabète de type 2. Ça peut être une maladie totalement sourde avant qu’une banale prise du sang nous révèle un taux inquiétant de glucose dans le sang.

Quels sont nos risques de développer un diabète de type 2 ?

Comment diminuer le risque de développer un diabète de type 2 ?

Pas de surprise, il faudra limiter sa consommation de sucres dans l’alimentation et viser les aliments avec un index glycémique de moyen à bas. Essayer de perdre du poids quand cela est possible, du moins le maintenir. L’activité physique régulière est une très bonne chose aussi, car elle permet de mieux maîtriser sa glycémie.

J’ai remarqué que le stress peut aussi faire varier ma glycémie, alors si on peut pratiquer de la sophrologie ou de la médiation pour rester zen, c’est un plus à mon avis !

Article sponsorisé

 Cet article vous plait? Vous en voulez d'autres?

 Cet article vous plait? Vous en voulez d'autres?

Rejoignez les 135 000 abonnés à Cuisine Saine et recevez chaque semaine par e-mail des tutos et des recettes comme celle-ci. Bien sûr, c'est gratuit.  

>>> Profitez-en pour découvrir à ma chaîne YouTube !

Cliquez sur le lien que vous avez reçu par e-mail pour valider votre abonnement.