Imprimer la recette

J’ai fait une belle découverte, celle de la créatrice Nathalie Banos. C’est une artiste qui nous propose de voyager dans son univers végétal. On y déniche tout ce qu’il faut pour décorer sa table mais aussi son intérieur.

Crédit photo Nathalie Banos

Crédit photo Nathalie Banos

J’avais envie de partager cette trouvaille avec vous, pour le plaisir des yeux et pour soutenir les petits artisans qui travaillent dans une démarche le plus écologique possible, dont Nathalie fait partie.

Pour ceux qui habitent en Alsace vous pouvez sur rendez-vous passer à son atelier : Créatrice d’impressions 53A rue de Molsheim 67280 URMATT

Je vous laisse avec Nathalie qui partage avec nous son chemin de création

Parcours

Styliste de formation (diplôme en 1990), puis costumière / habilleuse jusqu’en 2007.
A partir de 2005, feutrière et plasticienne textile.
2007 création d’entreprise. Depuis 2012, créatrice d’impressions textiles.
Je développe un univers à la croisée du design textile et de l’artisanat d’art, intégrant des techniques innovantes et contemporaines au processus de création : photos numériques, traitement graphique informatisé, écoprint (ou captures d’empreintes végétales) ainsi que des techniques ancestrales : feutre, teintures végétales.

Crédit photo Nathalie Banos

Crédit photo Nathalie Banos

Chemin de création

Le végétal et le minéral sont pour moi d’infinis réservoirs de textures et de matières, de couleurs et de formes, de sensations et de mémoires comme autant de secrets murmurés. Au fil du temps, j’ai amorcé puis développé un travail d’images, comme une prise d’empreintes, photographiant en macro tout ce qui nourrit mon travail aujourd’hui : bout d’écorces, petites mousses accrochées aux pierres, lichens et fleurs, pétales fanées, fragments textiles, rouille, vieux murs et oxydation, tels des fragments d’histoire que le temps imprime, révèle ou estompe et que je perçois de façon subtile au travers de l’objectif de l’appareil photo. Tout ce que je nomme « la beauté des petites choses ».

Partant de ces « carnets de voyage intérieur », je conçois des motifs textiles, intégrant graphismes et captures d’empreintes végétales à mes compositions, dans un dialogue onirique.

Ces motifs sont dits « placés » : je pense d’abord l’objet final et j’élabore le motif pour sa forme spécifique, ainsi je crée un motif propre à chaque pièce de mes collections. Ces motifs seront imprimés sur des lins ou des cotons grâce à l’impression textile numérique et sont destinés à la décoration d’intérieur (tentures murales, coussins, art de la table, petits accessoires…etc).

Les motifs textiles prennent vie dans mon atelier laboratoire en Alsace et les pièces y sont aussi confectionnées. J’attache un soin particulier aux finitions, à l’envers des choses, c’est un peu pour moi une façon de prendre soin de mon jardin intérieur.

Mes collections sont éditées en petites séries. Ce sont des pièces à vivre au fil des jours, mon souhait étant d’apporter du beau dans les gestes simples du quotidien pour le sublimer : manger, essuyer des verres, se détendre quelques instants après une longue journée, préparer sa trousse de toilette avant un déplacement ….

Des pièces uniques murales intégrant lin et feutre, captures d’empreintes végétales et broderies machine (qu’on appelle aussi « piqué libre ») viennent élargir mon champs d’exploration créatif.
Comme autant de passerelles et de chemins de traverse pour cartographier mes mondes intérieurs.

Choix des matières

Dès le début, j’ai fait le choix du lin pour mes collections. Ce choix relève autant d’une tendresse particulière pour cette fibre depuis l’enfance qu’en raison de ses indéniables atouts textiles et écologiques : le lin est l’une des plus anciennes et des plus résistantes fibres naturelles, elle est totalement biodégradable et recyclable, naturellement antiseptique.
Pour des raisons d’écologie personnelle et face à des contraintes techniques importantes imposées par l’imprimeur sur lin qui met à mal mon équilibre économique, j’ai dû depuis cet automne me résoudre à diversifier les supports d’impression, ce qui explique qu’il y dorénavant des pièces imprimées sur coton. Néanmoins je continue à prospecter d’autres imprimeurs pour retrouver la possibilité d’imprimer sur lin et pourquoi pas sur chanvre, et trouver le meilleur équilibre possible entre écologie personnelle et écologie de la terre.

Nathalie Banos.

Le conseil de Karen

Découvrir le site de Nathalie Banos : https://www.nathaliebanos.com

4.33/5 (3)

Notez la recette : cliquez sur les étoiles et ensuite OK