J’ai déjà parlé des bienfaits de la lacto fermentation je ne vais pas revenir dessus. Pour ceux qui ne connaissent pas encore je vous invite aussi à lire mon précédent billet sur le sujet. Petit rappelle le « lacto » de lacto-fermentation n’a rien à voir avec « le lactose » du lait, pas de produits laitiers dans l’affaire.

Aux vues des questions que j’ai reçues sur le sujet, je me suis dit qu’une vidéo serait bien mieux qu’un long discours. Aujourd’hui je vais surtout vous parler des astuces pour réussir vos lacto-fermentations et dans quels types de récipient vous pouvez le faire, du plus simple au plus sophistiqué.

Je trouvais que cette période était un bon moment pour vous refaire un point sur le sujet car c’est souvent maintenant qu’on récolte beaucoup de légumes à conserver pour l’hiver. Conserver ses légumes par la lactofermentation est un procéder très simple, économique et non énergivore. Je fais quand même des conserves ou des congélations pour le goût, mais pour les bienfaits j’aime aussi avoir sous le coude des produits lactofermentés.

Les astuces pour réussir la lacto fermentation

Le principal problème et presque le seul que vous pouvez rencontrer, c’est de ne pas avoir les bons ingrédients de base. Une fois que vous vous êtes assurés de les avoir, 95% du travail est fait.

Utilisez une eau non chlorée (très important) vous pouvez utiliser de l’eau filtrée par exemple. Le chlore tue les bactéries qui vont travailler dans le processus de lactofermentation.

Utilisez des légumes bio impérativement, les pesticides, antifongiques, antibactériens et compagnie peuvent totalement faire rater votre préparation. De même que pour le chlore, vous imaginez bien qu’un bactéricide dans la préparation sera totalement contre productif.

Utilisez un sel non traité, non raffiné, sans additif. Après qu’il soit gros ou fin ce n’est pas important, mais un bon sel gris fera l’affaire.

Le contenant doit être dans une matière neutre l’idéal étant le grès ou le verre. Evitez les matières en métal car la préparation est acide et pourrait abimer le métal, il y a une possibilité de rouille à l’usage.

Bien se laver les mains ainsi que les ustensiles qui seront utilisés dans la confection des légumes lacto-fermentés.

Utilisez un poids pour déposez sur vos légumes pour qu’ils trempent bien durant tout le processus de fermentation.

Le bon récipient pour lactofermenter

Comme je vous le disais en introduction pour les récipient, ça va du plus simple au plus élaboré. Ça va dépendre de vos goûts, de vos besoins, de votre budget. Il va de soit qu’un pot à choucroute de 10 litres n’est pas la même qu’un pot à confiture.

Justement le pot de fermentation spécial choucroute est en grès et vous permet de réaliser de grosse quantité de légumes lactofermentés. Très pratique il est fourni avec des poids et on peut faire un joint d’eau au niveau du couvercle.

Ensuite il existe un modèle de jarre de fermentation plus sophistiquée hyper pratique on ne va pas se mentir, mais qui est forcément plus cher qu’une récupération de bocaux type le parfait. La jarre de fermentation fait 2 litres, elle est fournie avec des poids, elle a un joint d’eau. On a même la possibilité d’écrire à la date à la craie sur le dessus. La craie est fournie également avec. C’est le haut de gamme de la lactofermentation.

Il existe des systèmes de couvertes qui permettent de faire sortir l’air pendant la 1ère phase de lactofermentation. Le bocal spécial fermentation https://healthy-market.cuisine-saine.fr/produits/conservation/bocal-verre-conservation-germination-fermentation/ permet à l’air de s’échapper et à la préparation de ne pas déborder.

Des bocaux simples type le parfait, pas contre vous ne protégerez votre plan de travail au départ, l’air doit pouvoir s’échapper, parfois avec un peu de saumure. Mettre un récipient en dessous pour protéger des débordements. Il faut savoir que tout de même il y a plus de chance de voir de la moisissure se former avec ce type de bocaux qu’avec ceux prévus à cet effet.

Les récipients avec joint d’eau ou globalement ceux qui laisse sortir l’air sans la faire entrée sont ceux avec lesquels vous aurez le plus de chance de réussite. En tout cas si vous n’y arrivez pas malgré toutes les astuces il reste cette option.

Le déroulé de la recette de lactofermentation

Comment lacto fermenter ses légumes ? Astuce pour la lactofermentation

Comment lacto fermenter ses légumes ? Astuce pour la lactofermentation

La recette est toujours la même, vous pouvez utiliser des légumes entiers comme coupés en rondelles ou râpés.

  1. Lavez vos légumes, pour les choux vous pouvez juste ôter les premières feuilles. Vous pouvez brosser les légumes rapidement sous l’eau uniquement. S’ils ont plein de terre évidemment vous brosser bien. Vous pouvez tout de même les peler si besoin, ensuite vous pouvez les râper ou les couper en petits morceaux.
  2. Dans la vidéo je vous montre la technique avec la saumure c’est-à-dire 30g de sel pour 1 litre d’eau. Vous pouvez faire une autre technique avec du sel et le jus du légume. Je trouve la saumure très pratique, on se pose moins de question surtout quand on débute la lactofermentation. La saumure doit toujours être froide.
  3. Tassez bien les légumes dans le récipient que vous aurez choisi, ensuite couvrez avec la saumure, mettez un poids pour que les légumes trempent bien, dans le cas des récipients prévus pour la fermentation pas de souci l’air pourra sortir (souvent via le joint d’eau). Il ne faut pas que la fermeture soit entièrement hermétique, il faut impérativement que pendant cette 1ère phase l’air puisse sortir, sinon le contenant pourrait exploser. Avec les joints en caoutchouc l’air sort mais ça peut déborder par moment. Le débordement n’est pas obligatoire il dépend du type de légumes et de comment vous avez rempli le bocal.
  4. Posez votre récipient pendant 5 à 7 jours à une température proche de 20°C. Au bout des 5 à 7 jours, fermez bien votre récipient. Ensuite vous pouvez le mettre dans un endroit frais et sec pour le conserver environ 1 année. Autour de 15°C pour la conservation étant la température optimale. Si vous les conserver à une température plus élevée il faudra juste les consommer plus tôt car la fermentation sera accélérée. C’est surtout sur le gout que ça peut jouer.
  5. C’est votre nez qui vous indiquera si tout est ok, si vous avez une odeur nauséabonde quand vous ouvrez votre bocal, c’est que c’est raté. Mais c’est très rare.
  6. Quand vous entamez un bocal, utilisez un ustensile propre pour prélevez les légumes, jamais les doigts. Ne remettez pas des légumes dans le bocal et conservez le au frigo.

Le conseil de Karen

LireLire

Cet article vous plait? Vous en voulez d'autres?

Rejoignez les 144 000 abonnés à Cuisine Saine et recevez chaque semaine par e-mail des tutos et des recettes comme celle-ci. Bien sûr, c'est gratuit. 


>>> Profitez-en pour voir les vidéos sur Youtube !

Cliquez sur le lien que vous avez reçu par e-mail pour valider votre abonnement.