Quand on a des problèmes de colon irritable, de fatigue chronique, d’intolérance alimentaire on cherche souvent à trouver LE probiotique qui pourra nous aider à rétablir notre équilibre fragile. Il n’est pas toujours évident de s’y retrouver parmi le choix très larges des différents probiotiques du marché.

Les probiotiques sont recommandés pour augmenter la fonction de la barrière de la muqueuse intestinale (une action anti-inflammatoire) et aussi une action de régulation sur le système immunitaire (notamment les « sur » réactions comme les allergies). Il y a des études en cours pour savoir quelle souche est la mieux adaptée pour un type de problème spécifique.

N’oublions pas aussi après un traitement antibiotique de faire une cure de probiotiques pour réensemencer les intestins avec des bonnes bactéries. Trop peu de médecins en prescrivent avec les antibiotiques. A part mon homéopathe je ne connais pas de médecin qui ait ce réflexe.

Voici la définition de l’OMS concernant les probiotiques : « Microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, exercent une action bénéfique sur la santé de l’hôte »

Comment bien choisir vos probiotiques et bien les utiliser ?

La quantité et la taille des bactéries dans le probiotique

Oui la quantité adéquate c’est bien un facteur très important pour choisir vos probiotiques. En dessous de 2 milliards de bactéries par prise c’est inutile, l’action bénéfique ne se fera pas ressentir. Attention il faut prendre minimum 2 milliards mais d’une seule souche, si vous avez 5 milliards de bactéries dans une gélule contenant 4 ou 5 souches différentes, vous n’atteigniez pas le minimum recommandé. Il en faut suffisamment pour traverser le système digestif et aller jusqu’au colon.

Le but étant que les bonnes bactéries colonisent les intestins au dépend des mauvaises bactéries. Plus elles seront nombreuses et volumineuses, mieux elles feront le travail.

La taille compte aussi : une bactérie comme lactobacillus delbruechii subsp. Bulgaricus est de 3 à 10 fois plus grosse que celles provenant de la très grande majorité des autres souches. Autrement dit, la surface intestinale qu’elle pourra occuper, à nombres de bactéries égales, sera plus importante en comparaison avec une autre souche telle que lactococcus lactis par exemple.

L’origine des probiotiques

La plupart des probiotiques proviennent de cultures à base de produits laitiers ou isolée de fèces humaines. D’autres sont d’origine végétale. On trouve surtout des mélanges de différentes origines. Pour les végétariens ou végétaliens il faudra ouvrir l’œil là-dessus, et aussi pour les intolérants aux produits laitiers.

Ce qu’on peut trouver dans les probiotiques

En plus des produits laitiers on peut aussi trouver dans les probiotiques : des agents de charge (une poudre pour le support en d’autres termes), des agents liants, antiagglomérants, épaississants, émulsifiants, stabilisants, excipients ou encore arômes.

Lisez bien la liste des ingrédients car on peut aussi trouver du sucre, du gluten ou du lait. Autant privilégier un probiotique le plus simple possible dans sa composition. Si on est intolérant au gluten et au lait il serait contre productif d’en avoir dans vos gélules.

Comment bien choisir vos probiotiques et bien les utiliser ?

Utiliser au mieux vos probiotiques

Dans l’idéal, conservez vos probiotiques dans un endroit frais, au réfrigérateur par exemple. Ce n’est pas une obligation mais plus les bactéries resteront au frais moins elles vont se dégrader. Ainsi dans votre gélule il y aura toujours une quantité suffisante de bactéries (pour peu que vous ayez bien choisi votre probiotique). Les meilleurs probiotiques peuvent rester à température ambiante sans souci, ils ont un nombre de bactéries garanti à la date d’expiration, le frais est un plus.

Il faut savoir que vous pouvez utiliser vos probiotiques en poudre pour réaliser des yaourts, des formages, des fauxmages (formages vegan) et aussi pour les mettre dans vos jus de légumes préparés à l’extracteur de jus, dans vos smoothies, dans vos eaux fruitées, vous pouvez ajouter un comprimé ou le contenu d’une ou deux gélule de probiotique au moment de mixer ou lors de la préparation.

Faites des cures de 3 à 4 semaines aux changements de saison, ou d’une semaine après un prise d’antibiotiques. C’est utile dans la durée mais pas de façon sporadique. Une prise de temps à autre n’aura aucun impact positif.

Le meilleur moment pour prendre vos probiotiques c’est le matin à jeun. C’est comme ça qu’un maximum de bactéries arrivera dans vos intestins. Le matin l’estomac n’est pas encore trop acide, contrairement à quand on a déjà mangé. Le tout arrosé d’un grand verre d’eau à température ambiante ou légèrement tiède, c’est l’idéal.

Le probiotique que j’utilise

J’utilise ProViotic qui est en vente sur la marketplace. C’est celui que je trouve le plus abouti et qui répond aux différents critères que je vous ai énumérés. Il est exclusivement d’origine végétale, il est sans gluten ni lait, sans soja ni sucre. Avec une quantité adéquate de bactéries par gélule. Il est de plus certifié bio et sans aucun additif.

Il est cultivé sur du jus de carotte pasteurisé sans aucun additif chimique ou animal. Le jus de carotte agit comme prébiotique (les prébiotiques sont des fibres qui aident les bonnes bactéries à bien se développer). C’est celui que j’utilise pour réaliser mes yaourts désormais.

ProViotic existe en pack voyage pour éviter les problèmes de « tourista ». Je vous le mentionne car avant j’utilisais simplement de l’argile à postériori. Prendre ce type de probiotiques pendant le voyage permet de bien souvent passer au travers de désordres intestinaux.

proviotic

D'autres recettes :

Cet article vous plait? Vous en voulez d'autres?

Rejoignez les 144 000 abonnés à Cuisine Saine et recevez chaque semaine par e-mail des tutos et des recettes comme celle-ci. Bien sûr, c'est gratuit. 


>>> Profitez-en pour voir les vidéos sur Youtube !

Cliquez sur le lien que vous avez reçu par e-mail pour valider votre abonnement.